Over the past months, our team in Burkina Faso, led by national director Sanou Dounko, have produced almost 20 new photo books.  These books are in French, and appeal to young readers in the villages.  You can get previews (and order some!) at fastpencil.com.

new fastpencil books july 2017.JPG

| No Comments
Siéni écrit


N E (3).JPG
Ce lundi 17 Juillet 2017, FAVL-BF a procédé au renforcement de son staff en accueillant une nouvelle employée en occurrence Aicha DIONI. Elle été présentée avec enthousiasme par le premier responsable du Burkina à ses collègues qui l'ont adoptée avec joie dans les locaux de la représentation nationale.
En effet, et il faut dire qu'elle y est parvenue après l'organisation d'un test de recrutement. La procédure a été longue et éprouvante pour elle peut-être, car elle s'est déroulée en plusieurs étapes. C'est donc au bout de ce « marathon » qu'elle a été retenue pour occuper le poste de « Program officer. Nous lui souhaitons la bienvenue. Nous espérons avoir une bonne collaboration avec elle et comptons sur elle qu'elle mettre son expérience et ses compétences à la promotion de la lecture au Burkina Faso
 

A good day for promoting reading in Ghana!  Upper East library coordinator meets the new director of the Ama Ata Aidoo Centre for Creative Writing.

paul and Nii sm.jpg

rencontre hounde sm.jpg

Le Comité De Gestion (CO.GES.) de la bibliothèque de Dohoun qui a eu vent de la tenue de cette rencontre a Houndé en juillet 2017 à la mairie a vivement souhaité être présent, question de plaider en faveur de la réouverture de la leur qui a fermé ses portes depuis le départ du bibliothécaire qui en assurait son fonctionnement au quotidien. C'est dans ce sens que le conseiller de Dohoun et le président du CO.GES. ont tour à tour pris la parole pour exprimer de vive voix les pressions dont ils sont l'objet par les populations au sujet de la bibliothèque dont la fermeture n'a que trop durée. Ils ont exposé la défiance de leur population à leur égard qui les taxe ou les qualifie souvent d'incompétents.

See the full call for applications here.

AfLIA is collaborating with the Public Library Association of the USA (PLA) to establish the AfLIA Leadership Academy aimed at: Building the knowledge, skills and confidence of library leaders to act in innovative and creative ways in meeting community needs Supporting library leaders to foster partnerships between libraries and government agencies, the private sector, NGOs, civil society, and faith-based organizations to work together to improve the lives of community members; and Strengthening library leaders' skills and assisting them to renew approaches to library services, tangibly improving the value libraries bring to communities. AfLIA therefore invites applications from librarians working in public and national libraries to participate in the AfLIA Leadership Academy due to start in January 2018 and will last for eight months. It aims at supporting middle managers in African public and national libraries to be true leaders in their communities. Participants will, after participating in the Academy: Understand the nature and requirements of effective leadership including an introspect into one's leadership style; Gain a deep understanding of how to manage change and how to effectively carry out civic engagement; Apply the concept of Asset Based Community Development using the assets within their communities to bring about positive change; Understand the opportunities offered and challenges posed by partnering with both library and non-library organisations, and Form a network of engaged and transforming library leaders ready to lead in taking their national, African and Global Development agendas forward.
Voir l'argument complète ici:

La 16ème édition de la Foire internationale du livre et du matériel didactique, Fildak, aura lieu du 22 au 27 novembre 2017 au Cices de Dakar au Sénégal. Et le thème porte sur « Livre, jeunesse, économie : défis du développement ». L'Argument : La problématique du développement, centrale à tous les niveaux, est un combat quotidien pour un mieux-être sur les plans économique, politique, social et culturel. C'est pour répondre aux enjeux importants du développement et de l'épanouissement collectif de la population que l'Etat du Sénégal a mis en place une stratégie dénommée Plan Sénégal Emergent. Dans ce plan, le domaine culturel est considéré comme un des leviers fondamentaux pour atteindre cet objectif. Cette orientation politique est en adéquation avec l'opinion d'une grande partie des spécialistes des questions de développement qui soutiennent l'idée que le capital immatériel est la richesse fondamentale d'un pays.

Rapport de la rencontre avec le maire de Pibaoré

| No Comments
Dounko écrit

Rencontre Houndé-1-4.jpg
Le maire de la commune de Pibaoré et ses deux comptables, le bibliothécaire de ladite commune, Pascaline Roumba de CRS et moi, avons eu le jeudi 13 juillet 2017 une rencontre de concertation dans le bureau du maire. La rencontre avait pour objectif d'échanger sur la question de la prise en charge des frais de motivation mensuels du bibliothécaire. Après le mot de bienvenu du maire, nous avons abordé les échanges par la lecture du contrat du bibliothécaire. Sur ce nous avons constaté que ce contrat est expiré depuis le 6 janvier 2017 en plus de cela, le maire a jugé qu'il n'y avait pas de lien entre le contrat et les pièces justificatives qui, elles demandent une attestation de service rendu. Nous lui avons apporté des éclairages sur cette non concordance par le fait que ce sont les exigences du partenaire. 
Pour relancer à long terme cette question d'importance capitale de l'employé et de sa prise en charge, le maire suggère signer un contrat pour régulariser le retard de la paie des frais de janvier à juillet ensuite envisager les jours à venir transférer le bibliothécaire à un comité de gestion (CO.GES). Cette initiative permettra à la commune de budgétiser les frais de motivation dans le budget communal et en même temps facilitera la paie à chaque fin du mois.
Cette rencontre a été aussi une occasion pour les participants d'interpeller le bibliothécaire sur plus de rigueur au travail, de visibilité de communication avec le bibliothécaire et la rédaction de bons rapports d'activités.

La bibliothécaire de Karaba, un exemple de bonne gestion

| No Comments
Hakahoun de Karaba sm.jpgLa bibliothécaire de Karaba, dans la province du Tuy, lors du conseil municipal restreint de juillet 2017, auquel a pris part Dounko Sanou, accompagné de Abdoulaye Zoromé, ambassadeur de bonne volonté de FAVL et CRS, a été invitée par le premier nommé à faire un exposé sur la bibliothèque dont elle a la gestion. Cela a été un coup de maitre du représentant national, étant donné que ce bilan a fini par convaincre les plus sceptiques des autorités locales qui croiraient peut-être que ces bibliothèques sont une charge inutile pour elles. Elle a notamment fait ressortir des chiffres qui augurent un bon avenir de ces bibliothèques si les autorités ont la volonté d'accompagner les différentes communautés bénéficiaires : les recettes sur les abonnements par exemple ont crevé le plafond de cent mille francs CFA.  Ces bibliothèques sont des puits de savoir des générations futures pour lesquelles nous luttons tous. Elle les a par ailleurs invitées à procéder à la vérification des différents chiffres avancés pour s'en convaincre de la nécessité à ne pas laisser ces bibliothèques mourir au grand dam de la jeunesse. C'est un exposé, nous en sommes convaincus, qui a enlever le doute à l'engagement hésitant que nous avons longtemps observé.

Des lueurs d'espoirs pour la communauté de Dohoun

| No Comments
Dounko écrit

photos dohoun.JPG
Le représentant national qui a fort longtemps attendu la tenue d'un conseil municipal pour faire un plaidoyer en faveur des bibliothèques communautaires des villages de Dohoun et Karaba installées par FAVL dans la province du Tuy, a finalement pris la résolution d'aller à la rencontre des autorités municipales, lors d'un conseil restreint ce samedi 8 Juillet 2017. A cet effet la population de Dohoun s'est fait représenter par le président du CO.GES de la bibliothèque et un conseiller, de l'appui de l'ambassadeur de bonne volonté, Monsieur Abdoulaye Zoromé, du soutien de l'expérience avérée de l'ancien représentant national de FAVL, en la personne de Donkui Koura. 
Cette approche remarquable du représentant national actuel, a été, à en croire, salutaire, d'autant plus qu'on s'achemine lentement mais sûrement vers la signature de convention de cession de la bibliothèque communautaire de Dohoun à la commune urbaine de Houndé, prévue pour au plus tard fin Juillet, selon le chronogramme voulu et arrêté par les administrateurs eux-mêmes. Les interventions de toutes ces personnes ci-dessus citées ont quelque part permis de convaincre lesdites autorités sur la nécessité de faire un pas à propos de ce dossier dont la recherche de solution était beaucoup attendue à la fois par FAVL et tous ces partenaires. Cette volonté manifeste traduite par les premiers responsables de la mairie de Houndé ouvre donc de perspectives heureuses sur l'avenir de la bibliothèque qui contribue à l'amélioration des connaissances des populations. 

FAVL-CESRUD coordinator Paul Ayutoliya is planning a trip to Accra starting tomorrow (July 13 he will be flying to Accra from Tamale... his second airplane flight!) to visit some libraries and also visit the library in Jordan Nu, near Ho.  Here is his budget and his plan.  If you are a library supporter in Accra, please do let us know if you can help Paul during his sta.  Here is his plan:

I proposed the following libraries in that mail as prime among the libraries that I would prefer to visit and spend a full day in each library observing how they operate, I would also be interacting with some of the patrons, librarians and managers of these libraries. The libraries I repeat are; George Padmore library, Ghana Library Authority, Greater Accra Regional library, Osu Children Library with some of its affiliates libraries such as the Nima Maamobi Gale community library and Mamprobi Gale community library. I will be spending five or more days visiting and interacting with the libraries communities in Accra.  After visiting the libraries, I will spent a day or so in Accra trying as you suggested in securing books from Ghana Books Trust for the three libraries and perhaps some new books and novels for Jordan-Nu.

At Jordan-Nu in the Volta Region, I'm hoping to spend two or three days at the library and perhaps its environs (nearby basic schools) meeting library patrons and pupils, librarians, the library committee and the Peace Corps Volunteer. Prime among my agenda there will be to take a review on my last visit there; the discussions we had and the aftermath. It will be recalled when I first visited Jordan-Nu early this year, we had discussions on the following concerns and suggestions;
i.   Time of operating; suggestions from patrons were if the library could extend it operation to evening or night sessions.
ii.  The White Cross Basic School suggested that they have an apartment within the School for library, if one of the librarians could always come there with some books for pupils to learn during breaks times. I asked that they met with the committee and see how best they can handle that. I would like to know how they handled this issue when I return there.
iii.  The issue of allowance for librarians.
iv.   The new game (Yesse) I taught patrons, I will like to know if patrons still played it and what the game have imparted in their lives among others things.
After this, I will see how we (I and the library committee) can rid the library of the annoyance of ants in the building as suggested by Marilyn Deer and then meet with the Peace Corps Volunteer.

Voir l'article complet:

La 21ème édition des NAK s'est tenue du 30 novembre au 04 décembre 2016. Cette édition a été particulière avec l'entrée du livre burkinabè et africain dans les expositions. La littérature, enfant pauvre de la culture lors des manifestations culturelles au Burkina Faso, n'a pas été oubliée à cette édition des NAK. En visitant les stands aux NAK 2016, le public a découvert un stand dédié aux œuvres burkinabè et africaines, grâce aux efforts de la librairie du mieux-être « L'Académie du Livre », spécialisée dans la distribution des œuvres burkinabè, africaines, ainsi que des documents éducatifs et pédagogiques. C'est avec étonnement et joie que des visiteurs y ont rencontré et échangé avec des écrivains célèbres comme Vincent Ouattara, Nazi Kaboré et bien d'autres. Une visiteuse nous livre sa joie : « C'est ma première fois de voir un stand aux NAK uniquement pour les œuvres burkinabè. Grâce à cette exposition, j'ai découvert l'immensité des œuvres burkinabè, le travail noble des écrivains burkinabè dans le but de préserver par écrit notre culture pour la génération actuelle et future. » La grande surprise à cette édition des NAK a été l'organisation de la 1ère édition du salon littéraire burkinabè et africain ce samedi 03 décembre 2016 dans la salle médiathèque technique et pédagogique TigaKaboré, sise au théâtre populaire de Koudougou à partir de 15 heures. Elle a été placée sous le thème « Place du livre et de l'écrivain dans la promotion de la culture burkinabè. » L'organisateur et promoteur du salon littéraire n'est d'autre que le célèbre écrivain Tiraogo Maxime Ily, par ailleurs propriétaire de la librairie « Académie du livre » Pour l'écrivain Ily, on ne peut parler de promotion de la culture en oubliant la littérature. Pendant trois heures 30 minutes et sous la présidence du Dr Landry Yaméogo, enseignant à l'université de Koudougou, cinq auteurs burkinabè ont échangé avec le public sur leurs œuvres et leur place dans la valorisation de notre culture. Il s'agit des écrivainsNazi Kaboré, Vincent Ouattara, TiraogoIly, AmadéSiguiré et Parfait de Thom Ilboudo. Nazi Kaboré à travers son œuvre « Y a-t-il un pilote dans l'avion ? » détaillée en 5 tomes, a abordé le développement personnel et le leadership.

Rencontre avec le maire de la commune de Namissiguima

| No Comments
Dounko écrit

Le mercredi 5 juillet 2017 au Haut-commissariat du Sanmatenga, a eu lieu une rencontre entre le maire de la commune de Namissiguima, le bibliothécaire de ladite commune, Pascaline Rouamba de CRS et  moi-même, représentant national de FAVL-BF. L'objectif de ladite rencontre consistait à trouver une solution adéquate sur la prise en charge des frais de motivations mensuelles du bibliothécaire par la commune. Après avoir exposé le processus qui a abouti à l'implantation de la bibliothèque et de la convention de gestion définissant les obligations de chaque partie prenante, le maire s'est dit satisfait. Ce fut une satisfaction totale pour lui car il ne comprenait pas exactement qui était l'employeur du bibliothécaire. Il a d'abord remercié CRS pour son engagement aux côtés de sa commune avant de poursuivre en ces termes : « nous sommes contents d'avoir cette bibliothèque mais la commune a un manque criard en personnel. Elle voudrait bien recruter un employé à cet effet, mais les moyens financiers font défaut. Elle ne peut pas recruter deux agents pour l'instant : tout au plus un agent qui va non seulement gérer la bibliothèque mais aussi travailler à l'état civil ».
Le bibliothécaire ayant le niveau BEPC pourrait bien cumuler ces deux fonctions si toutefois il en a les capacités et la volonté de travailler 40 heures par semaine comme les autres agents de la mairie. Le bibliothécaire quant à lui, ne s'engage pas pour le moment sans connaitre les tâches qui lui seront confiées.
En attendant, le maire va signer un contrat d'une année avec le bibliothécaire le temps de rechercher les fonds pour recruter un agent communal qui travaillera et à la mairie et à la bibliothèque et payé directement par la mairie. 
En ce qui concerne le retard de paiement des frais de motivation du bibliothécaire depuis le mois de Janvier 2017, il fera la demande de fonds avant mi-juillet afin qu'il ait ce qui lui revient de droit. 
A partir de janvier 2018 il va définir les critères et le profil d'un agent communal. Si le bibliothécaire accepte occuper ce poste il le reclassera directement avec toutes les avantages par contre s'il ne le peut pas son contrat sera résilié. 
Les discussions ont été franches et concluantes. Nous attendons d'ici fin juillet pour apprécier les engagements forts pris par le maire. 

Dounko écrit

Rencontre Houndé-1.jpg
Ce samedi 8 juillet 2017 le représentant National de FAVL-BF et monsieur Zoromé Abdoulaye ambassadeur de bonne volonté de FAVL-BF se sont rendus à Houndé pour rencontrer les premières autorités de la mairie. Arrivés aux environs de 10h30 minutes, c'est dans un accueil chaleureux, au sein de la mairie que nous avons pu faire la rencontre en présence de Adolphe Koala, premier adjoint au maire, du directeur de cabinet de la maire, du secrétaire général de la mairie, de cinq conseillers municipaux, de Koura L Donkoui collaborateur de FAVL-BF, des représentants des villages de Dohoun et Karaba, et de la gérante de la bibliothèque communautaire de Karaba.
Présidée par le premier adjoint au maire, nous avons pu exposer de vive voix nos sujets brûlants depuis fort longtemps.  Ces sujets sont entre autres :
La signature de convention de cession des bibliothèques communautaires des villages de Dohoun et Karaba à la commune urbaine de Houndé
Le recrutement du bibliothécaire de Dohoun
La prise en charge progressive des salaires des bibliothécaires dans le budget communal.
La durée de la rencontre nous a permis d'aborder et de discuter de toutes ces questions. 
Ce fut l'occasion pour le conseiller municipal de Dohoun de parler de la pression de la population et des fans de la lecture qu'il subit depuis la fermeture de la bibliothèque en octobre 2016. Quant à la bibliothécaire de Karaba, elle nous a démontré l'utilité de la bibliothèque en nous donnant les chiffres suivants : 281 abonnés en 2016 et 137 de janvier à juin 2017 avec environ 100 000F CFA comme recettes disponibles. 
La mairie par le biais du premier adjoint au maire s'engage pour la signature de la convention de cession dans ce mois de juillet. Elle a même déjà élaboré un draft qui devrait être approuvé par le maire et FAVL avant d'être signée.  
Etant donné que la prise en charge n'a pas été prévue dans le budget supplémentaire, il serait difficile à la commune pour l'instant de contribuer. Elle suggère à ce que FAVL continue de payer en attendant le mois de janvier 2018 période à laquelle elle pourra contribuer à 25%.
Ensemble, des recommandations ont été faites à savoir :
Rencontre Houndé-1-3.jpg
L'envoie à FAVL dans deux semaines le draft de la convention.
La signature de la convention courant juillet 2017
La prise de dispositions nécessaires pour rouvrir la bibliothèque de Dohoun le plutôt possible
Engagement d'inscrire la prise en charge des deux bibliothécaires dans le budget primitif d'octobre
FAVL continuera de payer les frais de motivation mensuelle des bibliothécaires.
Cette rencontre démontre la volonté politique du maire et de son conseil municipal à promouvoir la lecture au profit de sa communauté. Du coup c'est un grand pas dans le processus de transfert progressif des bibliothèques qui a été opéré. Nous remercions le premier adjoint au maire et l'ensemble des participants pour l'intérêt accordé à la promotion de la lecture

Paul Ayutoliya writes:
P1070342.JPGI paid a visit to the Sherigu Community library in Ghana on July 4, 2017. When I arrived to the library around 8:30pm (the library was recently hooked up to the electric grid) there were a handful of young adults with the librarian. Some children were reading a story book titled My Grandfather is a Magician, some did a reading comprehension workbook, while others worked on Mathematics. The overall atmosphere made the library and excellent place for children to relax and get some work done. Before heading out I encouraged the children to keep visiting the library and to invite their friends who had not yet visited the library.

Dear UgCLA Member and Partner and Community Library organiser,

Allow us to begin by saying well done! for all the work you have already done and are still doing to continue and sustain the library projects and programs that you are all respectively chairing and/ or supporting. UgCLA would not be of any importance if not for all the effort you are putting towards serving our nation and fighting the low levels of illiteracy that still challenge us to date.

It is therefore with the greatest pleasure that we announce that at long last; the UgCLA Board of Trustees invite you to the Seventh Annual Conference of the Uganda Community Libraries Association that has for the moment been slated to take place from Friday the 28th of July to Sunday the 30th of July at the "Kawempe Youth Centre" here in Kampala; under the theme:  

"New Technologies: Implications for Libraries"

It would give us great joy to honor our invitation as it will also be the event to mark UgCLA's 10th Year Anniversary; as you know we were established in August 2007 with just a handful of libraries and are now at 132 community libraries and still counting!

As a result, the Board of Trustees agreed to reduce the membership subscription fee by 50%!

So the membership fee will be fixed to UGX 50,000 (Fifty thousand shillings only) payable prior to; or on the date of the conference. Isn't that amazing?!

As usual, every community library is welcome to send a representative from their libraries to be a part of this conference and we will be so grateful if you are able to make a contribution of UGX 25,000 (Twenty- five thousand shillings only) towards the conference budgeted expenses or more if you are able to. In the event that you wish to send more than one representative; kindly get in touch with either Brenda Musasizi Musoke on 0705 222354 or musokebren@gmail.com / OR Esther Kyazike/ Cathy on 0703 955225.  We are still working out the budget to see if it can cost at least 100,000/= for an extra library representative to attend the conference. So for already paid up members, the conference fee will be UGX 25,000 or more if you are able to support our conference that way. For members that still need to pay their subscription fee, it will be UGX 75,000 or more if you can support the conference budget that way.

You are also free to support a library to attend the event; it's a new one but the possibilities are endless; that's the beauty of networking!

Our guests and well- wishers are also welcome and please note that we will only be able to accommodate guests residing outside or far out from Kampala.

It would be so kind of you to confirm with us if you will be attending the annual conference at least by the 15th of July 2017 to help us with budget and planning so that we do not over or under budget. Any support we can get in relation to the upcoming conference will be much appreciated; those who wish to be involved in the planning process are also welcome.

We are in the process of drafting conference program and documents that we will share with you during the up-coming weeks.

We welcome offers for presentations based on the theme and suggestions for the program and how to commemorate our milestone. Bear in mind that we will be holding fresh elections for the board during the last day of the conference and we welcome nominations and suggestions from you on who you think would be legible.

As has been the case with the previous conferences, it has been wonderful exhibiting your journey of the previous year and plan for the new-year at the conference. We would once more love to see that this year. Kindly start preparing your beautiful posters for display; if we can have both the soft copy and copy for exhibition it would be wonderful indeed! 

Les camps de lecture de Dablo et Pensa au Burkina Faso

| No Comments
Des campeurs de Pensa.JPGRapport sur les camps de Dablo et Pensa
par Guy Roland Hema, FAVL
par Guy Roland Hema
par Guy Roland Hema, FAVL
Les camps de Dablo et Pensa se sont déroulés successivement du 12 au 16 juin et du 19 au 23 juin.
Les 25 participants ont répondu présent lors de la première journée, preuve que de la préparation en amont par le staff, les bibliothécaires et animateurs Crs a porté fruit. Il faut même signaler que le nombre des remplaçants avoisinait celui des titulaires, signe que les camps de lecture créent beaucoup d'engouement chez les scolaires pendant les vacances. Les 2 premières journées, les enfants se montrent un peu timides avant de participer activement et joyeusement dès la troisième journée. Toutes les activités ont été menées avec plus d'aisance et de professionnalisme. Ce sont des enfants qui, tout le long du camp ont vraiment appris en s'amusant, en passant par le sport matinal, l'animation, les chansons, les différents jeux ludiques avec les lettres de l'alphabet, les dablo.JPGsensibilisations et évidemment la lecture par plaisir... Une innovation pour cette année est à saluer avec l'introduction du thème sur les dangers de la fréquentation des sites d'orpaillage, que les campeurs ont suivi avec attention. Le partenaire, à travers le staff de Crs, notamment Mme Rouamba, M.Bokoum, M.Ilboudo, a fait l'effort d'assister voire participer à tous les camps, preuve d'une belle collaboration. La communauté éducative (inspecteurs,enseignants,APE), la chefferie, les femmes mentor nous ont aussi fait l'honneur de marquer cette activité par leur présence et ont prodigué leurs remerciements à l'équipe et leurs conseils aux participants. Bonne suite aux prochains camps de lecture, édition 2017. 

(Photo en bas: De gauche à droite, le chef Mossi et le chef Foulcé venus encourager les campeurs de Dablo!)

Résumé du livre « Le chien du roi n'est pas le roi des chiens du royaume » de Alfred Yambangba Sawadogo
par Guy Roland Hema, FAVL

Le chien du roi nest.JPGUne œuvre dont le titre suscite certainement de la curiosité. Mais une œuvre qui se laisse apprécier tant par sa clarté que par sa trame. C'est l'histoire d'un prince  qui a quitté le royaume des Yadsés, pour celui de Kokin pour accomplir un rite, qui semble si horrifiant tant l'acte pourrait indigner plus d'un. Il s'agit du fameux « moutoummourgou » qui exige que celui qui a été victime trois fois  d'un veuvage, assume ce statut et parte loin de sa contrée pour se libérer de ce malheur en commettant sans état d'âme un viol sur la première femme qui aurait le malheur de le rencontrer. Et cette recommandation exige jusqu'à trois victimes. Mais Namassa, femme répudiée par son ingrat de mari et de surcroît enceinte, celle que le sort a décidé de mettre sur la route du moutoummourgou, ne connaîtra point cette infamie. Choix du destin ou intervention des dieux?  Nul ne le sait. Ce qui est sûr, le prince n'a pas exécuté ce rite et s'est enfui avec le doigt coupé de sa supposée victime comme trophée. Mais cette rencontre a créé un lien très intense entre les deux acteurs, qui finiront par se rechercher, se trouver puis sceller leur union avec la naissance de jumeaux, pour le grand bonheur du prince devenu enfin roi. Le cycle vicieux du maléfice avait ainsi connu son achèvement!

Le camp de lecture de Bourzanga!

| No Comments
Bourzanga.JPGLa bibliothèque communale de Bourzanga a connu pendant la période du 19 au 23 juin 2017 un camp de lecture. Cette  activité s'inscrit dans le programme de BEOOGO BIIGA II et FAVL qui, chaque année contribue à l'amélioration du niveau de lecture de 25 élèves de la classe de CM1 allant au CM2. Nous avons entamé nos activités avec les 25 participants ; 15 filles et 10 garçons. Plusieurs activités ont été menées durant ce camp. Le test de lecture individuelle. Chaque participant est passé lire les petits paragraphes. Le tableau de niveau du test de lecture allait du plus faible au plus fort. C'est-à-dire de la lettre A à la lettre K. A l'issu de ce test de lecture, nous avons remarqué que les participants avaient un niveau assez bon ; niveau H, I, J. Quatre participants avaient le niveau B. Les différentes séances de lecture ont permis de corriger les lacunes et par des exercices de syllabation et les jeux d'alphabet à partir des bouts de papier. Cela a eu des effets positifs ; 3 participants de niveau B ont pu à la fin du camp atteindre le niveau E ; trois participants du niveau I sont passés au niveau J.
Les campeurs ont eu également des séances de lecture de la bande dessinée. Ils ont appris qu'est-ce qu'un livre de bande dessinée et comment lire la bande dessinée. A la fin du camp, ils ont écrit leur bande dessinée expliquant l'importance de la lecture.

Les séances de sensibilisations sur le paludisme, la diarrhée, la dysenterie et le lavage des mains ont eu beaucoup de succès. Les participants ont écouté avec intérêt la lecture du livre Mariam le moustique. Ils ont bien répondre aux questions mais les méthodes de prévention leurs n'étaient pas assez connues. Un résumé a été fait à la fin de l'activité pour mieux éclairer les participants. Le livre Issaka est malade a été lu pour leurs éclairer les modes de prévention de la diarrhée, la dysenterie et l'importance de lavage des mains. Les posters sur le lavage des mains leurs ont été présentés avec des explications des différents étapes pour une bonne hygiène des mains.

Les participants ont reçu des explications sur importance de la bibliothèque et l'entretien des livres. Ils comptent désormais fréquenter la bibliothèque qui est un lieu de réussite et bien entretenir les livres.  Les contes, charades et les histoires drôles ont suscité de l'animation pendant le camp. Les jeux de bingo, l'alphabet et jeux de calcul mental n'ont pas été en restent. Les campeurs se sont bien amusés à travers  ces activités éducatives. Ils ont également appris ce que s'est un masque et un collier ; chaque participants a fabriqué un masque et un collier en papier. L'on peut noter la visite de Pascaline Rouamba de CRS à Bourzanga. Elle est venue encourager les campeurs et participer aux activités. L'animateur de CRS à Bourzanga nous a aussi accompagnés tout le long du camp. La clôture du camp de Bourzanga a observé la présence des parents venus encourager les enfants à la lecture et féliciter les animateurs. Des conseils d'encouragement aux enfants ont mis fin à ce camp.

Résumé de livre le vent de l'amour

| No Comments
Dounko écrit

download.jpg
Le vent de l'amour est un roman de Joël Ouédraogo. Ce jeune burkinabé nous fait vivre une histoire d'amour très émouvante. Il nous raconte son amour avec une jeune fille appelée Samiratou qu'il a rencontré une nuit sous une pluie et dont il tomba amoureux. Les deux jeunes décidèrent de vivre cet amour malgré la désapprobation de leurs parents. Les nouveaux amoureux concentrés désormais à la vie amoureuse ne mettent plus du sérieux dans leurs études. Nonobstant les conseils des parents, Joël choisit d'engrosser la jeune Samiratou afin de la posséder seul et définitivement.
Finalement, le temps a eu raison d'eux ce qui poussa Samiratou à avorter sans le consentement de Joël. L'avortement se compliqua et Samiratou perdit ses organes génitaux ce qui la rend désormais incapable de concevoir. Elle décida donc de se suicider pour permettre à Joël de se refaire une nouvelle vie.
Après la lecture dudit roman, je le recommande à tous les jeunes lecteurs en général et en particulier aux jeunes lycéens de le parcourir avec beaucoup de curiosité. Il est aussi intéressant que les frasques d'Ebinto de Amadou Koné.

Coordinator Paul Ayuloiya summarizes some of the final chapters:

tailbluereading.JPGOur discussion continues from Yawda to Menada the last chapter of the book.  Kayo returned with Garba to Sonokrom after furious and corrupt Inspector Donkor demanded what he called CSI-style report with international implications for his selfish parochial interest. Kayo was admired by the people of Sonokrom for the respect he accorded to their customs and norms when he first arrived in the village. The people of Sonokrom offered him the necessary assistance when he was in need of any information. Though an expert in forensic science, Kayo understood that there are higher truth that sometimes leaves scientific knowledge far behind. Inspector Donkor and his cohorts will never acknowledge something like this rather they are interested in results with their unscrupulous ways of investigation; no wonder his men ended up getting nothing from their investigation.

tailbluereading 2.JPGWe discover in our discussions that when Kayo returned the second time, he first met with Oduro the village spiritualist who was standing not far from the Tweneboa tree. Oduro welcome Kayo and Garba back to their village.  After exchanging greetings, Kayo told Oduro that he wanted to talk about Kofi Atta. Worthy of note in the tale is the Tweneboa tree; we discover that this tree is at the center of the village where the villagers meet often to talk about matter of interest. We wonder if this tree is not associated with the ancestors of Sonokrom. Oduro took Kayo and Garba to Opanyin Poku who was already at Madam Akosuo Darko the palm wine seller's place taking his palm wine (don't forget that Opanyin Poku does not joke with his palm wine). Oduro told Opanyin Poku that his friends here want to talk about Kofi Atta. Opanyin Poku after finding out what they want to know about Kofi Atta spoke to Kayo and Garba about who Kofi Atta was.  Opanyin Poku talking to Kayo and Garba said he knows Kofi Atta well, but his character is bad, it doesn't take long for him to get angry. Opanyin Poku added Kofi Atta was a cocoa farmer; he was married, his wife died and his daughter left. He did not have friends; not good friends. Opanyin Poku in explaining further said Kofi Atta's wife gave birth to a daughter, Mensisi. After the birth, the old ladies came and whisper to Kofi Atta that in his hut that the wife have given birth to a daughter, he just took off after hearing that news to celebrate with palm wine without knowing that the wife have pass on after given birth. When news later on got to Kofi Atta that the wife have pass on, he cried for several days and nights not wanting to even look at the sky for many months. Yaa Somu, Kofi Atta mother-in-Law with others people advice Kofi Atta to stop mourning the dead and take care of the living (his daughter whom he is yet to see). Mensisi was with the mother in law for a year after his father Kofi Atta came for her. When Mensisi first came, Kofi Atta was seen everywhere with his daughter to the surprised of most people for the love and care he seems to have for this girl. It was not so long when Kofi Atta started beating Mensisi mercilessly at all times, he was advice by many including Mensisi mother-in-law to stop the cruel beatings meted out to Mensisi. But Kofi Atta will not listen to any one, Mensisi really suffers the unexplainable beatings in the hands of his father to the point that the men in the village threaten to kill him (Kofi Atta) the next time he lays his hands on Mensisi. Mensisi have lost three pregnancies for James her husband due to the terrible beatings from his father. Mensisi mother-in-law (Yaa-Somu) who could no longer contained Kofi Atta's irresponsibility and cruel behavior, invoke a curse on Kofi Atta. The curse was that anytime Mensisi conceives, Kofi Atta will lose or reduce twelve years in his age but will still be of the same mind as an adult to understand how it feel to be under the mercy of someone else. It then meant anytime Mensisi conceives, Kofi Atta's punishments or woos will normally begins. Kofi Atta was beating Mensisi one day and before I (Opanyin Poku ) could get there, there came a very young muscular man from the forest entering Kofi Atta's hut, it was Mensisi first child that she delivered dead as a results of the father's cruel beatings that returned as a young man to protect the mother. Kofi Atta started looking young; thinking he was handsome he tried dating women from the next village but the reality struck on him when the second and third children arrived, Kofi Atta was drastically reduced to an unexplainable thing, producing the strong stench in his own hut. Opanyin Poku said but for the police and the other experts, the villagers would have dealt with that thing (remains) under Kofi Atta hut their own way.

Kayo after hearing the true story of Kofi Atta from Opanyin Poku also spoke to Opanyin on police matters, and what he need to say in case the police came and want to interview him.
 Kayo and Opanyin seems to just agree on these Ivory Coast people just to satisfy inspector Donkor's need for a CSI report with international implications.   The Inspector finally arrived in Sonokrom with his convoy, after going the report presented by Kayo in a CSI Style; he granted an interview to the press that came with him in a very arrogant manner claiming credit for himself and taking many photographs. But guess what, that was not the true story or revelation of what was found under Kofi Atta's hut, Kayo knew the actual truth. He (inspector Donkor) later on even wanted to kill Kayo claiming he know too much about the investigation and yet refusing to be appointed as head of BNI. He was not ashamed mentioning that he have been in the Service for a long time hence he know how to commit a crime (kill Kayo) and cover it up.  Luckily on the part of Kayo, Sergeant Mintah had removed the bullets from inspector's Donkor pistol, don't forget Kayo first thought Mintah was an enemy, little did he know that this Sergeant Mintah would be of help and perhaps save his life one day. Kayo escape through the forest back to Sonokrom, and told Opanyin all that had happen.

tailbluereading 3.JPGWaoow! What a society we live in, Nii Ayikwei Parkes have exposed us and many others who have read this book the kind of societies we live today; we live in societies where most people at the top hates the truth rather results is what they are interested, some are never ready to accept that there is more to book knowledge. Respect and humility are greater weapons in unearthing whatever one wants or need to know.

We had our discussions on the final chapters of the book at Sherigu and the Gowrie libraries; I went with the sumbrungu Librarian to Sherigu and to Gowrie Libraries for our final discussions yesterday the 21st of June 2017. On our way back from Gowrie library, we stop by one small forest on the way full of beautiful rocks to listen to the many birds too that was there singing their songs and also have a feel of the forest breeze.

Overall we are very glad reading this book, and would recommend it as something quite different, enjoyable and provoking to do more thinking. I am hoping to see this man ( Nii Ayikwei Parkes)  soon and perhaps clear our doubts on some of the happenings in the tale.

FAVL Blog

Books, reading, and libraries relevant to Africa by Michael Kevane, co-Director of FAVL and economist at Santa Clara University.

Other contributors include Kate Parry, FAVL-East Africa director, FAVL Burkina Faso representative Koura Donkoui, FAVL Burkina Faso program manager Krystle Nanema, and FAVL friends Emilie Crofton and Elisee Sare.

OpenID accepted here Learn more about OpenID