Recently in African novels and stories Category

This review is in the comments section of Mookse. I am sure there will be more comments and reviews in the coming days.

In many ways there is nothing startlingly original about this story. It is presented as a schoolhood memory and in particular of a couple of fellow students whose lives became mysteriously intertwined, culminating in a tragic event many years later. I also don't want to make too much of how it is interesting to get a peek into life in an African school, as in many ways there is a lot more that is generally familiar than distinctive here. But I found the way the story was written to be quite delightful. Clearly Gappah has a strong talent for storytelling. It is good that she does not make too much of unraveling the mystery of the relationship between the two main boys, because I found it easy to guess at least some central aspect of it fairly early on. I am sure most readers will as well. Instead the story is really one of the variety of positions of power and privilege and the changing attitudes that come naturally from occupying those different roles. I also quite like how without belabouring the question, the story does leave us wondering just how we ultimately should feel about Zaka. He is clearly a more complex person than the glimpses the other boys at the school got of him. I did wonder after I finished the story whether the blackmail plot really should have been as effective as it was. After all, had Zaka been accused he could have simply denied everything and accused the other boy of slander. But of course, it was not as simple as that. Even the mere accusation, once made, had the potential to destroy his life and so it would have been quite a risk for him to take that chance.

Le livre: Le peintre maudit

| No Comments
Le livre: Le peintre maudit
BOKIAN ASSIATOU Bibliothécaire de Koumbia

romanpeintremaudit.gifLe livre qui a pour titre Le peintre maudit est paru en 1998. Il est écrit par MURIEL DIALLO né le 19 Mai 1967 à Boundialé , de nationalité ivoirienne. C'est une collection. Les personnages sont Zak, le chauffeur , les passagers Bila, Kader, Bossan, les amis de Zak et le médecin.

L'action est indéterminée et s'est passée en Cote d'Ivoire. Un car transportant des passagers roulait si vite qu'il fit un accident. Zak sortit du car et attendit ses parents en vain avant de se perdre dans la rue. Il a été accueilli par Bila dans son entrepôt. Zak vivait dans la galère car personne ne s'intéressait à ces œuvres. Mais avec les bonnes idées du vieux Bila et la tache magique, Zak a eu  le succès. Il a ensuite été trompé par un groupe de jeunes drogués qui le conduisit entre temps à la consommation de l'alcool et de la drogue. Fort heureusement Zak va vite retrouver son père au moment même de sa maladie. Son père l'amena à l'hopital pour des soins.

J'ai aimé le vieux Bila qui a beaucoup aidé Zak. Je n'ai pas aimé les amis de Zak qui ont voulu le détruire avec la prise des stupéfiants et l'alcool.  J'ai appris que seul le travail est le chemin de la réussite.

Je conseillerai ce livres à mes enfants, mes parents, mes amis et à tout le monde car il est riche d'enseignement. D'autres livres de la même série qui peuvent être aussi intéressant sont: La poupée, Le cahier noir, Dans la cour des grands.

Review by AKARIYAMA CLEMENT:

No Longer at Ease is a book written by Chinua Achebe, a renowned African writer, His message is about how foreign education has affected Africans. For example, when Obi Okonkwo returns to Nigeria from England, his foreign education separates him from his African roots. 

Chinua Achebe's No Longer at Ease remains a brilliant statement of the challenges facing African today. His message is well presented with the use of local settings of major events and a lot of local dialect. No Longer at Ease is a moral teaching novel and a book meant to criticize the sudden rush for foreign culture especially religion to the detriment of African tradition and culture. It places emphasis on how foreign religion has affected our African norms, beliefs, valves and customs. If not all but most Africans have placed everything of the European as more superior than that of themselves. For instance, the protagonist in novel (Obi Okonkwo) insisted to marry a lady in the name of Christianity despise been advised from parents and members of the Umuofia Progression Union that it is against custom and tradition. 

 Also, the writer brings out the importance of co-operative efforts. As the saying goes, "Together we stand, divided we fall" the Umuofia Progressive Union make contributions to sponsor their children that gain scholarship to study abroad. This teaches us the importance of togetherness. 

 Chinua Achebe also highlights African beliefs and thought about God and their ancestor. Anything good or bad that happens in Umuofia is attributed to God and their ancestors. Because of this, they are careful not to disobey or wrong them. In fact, No Longer at Ease is an interesting and a heart- moving book that teaches moral and values of the African tradition. I therefore encourage all and sundry to read No Longer at Ease for a better life.

Tail of the Blue Bird doesn't resonate with the librarians....

| No Comments
An honest review from the librarians in northern Ghana...
 
As a matter of fact, the book Tail of the blue bird has got much brilliant and useful material for the reader. It has also got that element to stimulate the reader upon a look at the title, However, the reader is made bored and lost interest to continue with the book as his expectations are not met.  We in a group took a discussion on this book on the 3rd of august, 2012 and these were our observations and feelings about the book. We earlier mentioned that the reader is made bored as he goes along reading the book because his expectation before reading the book are felt: Yes we in our discussion expected that the writer would tell us why the title Tail of the blue bird? We also expected that the writer would tell us the importance of birds and many things about birds but we rather taken through a long, boring story of no linkage between title and the information told of. One thing that bores the reader much is the long narrative of an investigation of a matter of a minister's girlfriend which took us to the end of the story.

We observed that the writer's style of writing was not quite enticing as there was poor linkage of ideas and much usage of names that were difficult to pronounce making this reader not able to remember the characters and their parts in the story, even though Dictionary was used along.

The librarian and Coordinator (Simon and Lucas) who were part of the discussion hereby said that this has been the reason why people do not read the book in the library. Books like the palm wine drunkard and my life in the bush of ghosts by Amos Tutuola, The number one ladies detective agency  by Alexander Smith, Wife of the gods by Kwesi Quartey are very good for people and they do appreciate and recommend of those books.
Thank you

Complied by the (Librarian and Coordinator)
ASABIA APANA SIMON AND AMIKIYA LUCAS ALIGIRE

DSCN2818.JPG

Wilfried N'Sondé lit "Septembre d'Or"

| No Comments

Addi Bâ s'était assis devant sa porte et avait attendu que je sorte pour aller prendre le train. Je lui fis au revoir de la main et pris à gauche la route menant à la gare de Merrey.

- Pas par là, Germaine, de l'autre côté !

- Mais...

- Faites ce que je vous dis, Germaine ! 

Il s'était exprimé d'une voix effrayante. Quelque chose m'indiquait que je devais lui obéir sans chercher à y voir clair. 

Je sortis du village et longeai la forêt, en fredonnant une chanson. Et qu'est-ce qui se passa ? Un monstre bondit des fourrés, manquant de peu me renverser. Épouvantée, je fermai les yeux, croyant déjà ma dernière heure arrivée, mais quand je les rouvris un petit garçon chétif et mal peigné était planté devant moi.

- Que fais-tu ici, toi ? dis-je d'une voix tremblotante qui le fit rire.

- Je suis votre frère.

- Je n'ai jamais eu de frère.

- Tenez, voici mes papiers ! 

Il s'appelait bien Tergoresse, Antoine Tergoresse, né le 5 mai 1932 à Romaincourt, de Léon et de Madeleine Tergoresse. C'était mon frère.

Je lui tournai le dos et partis en accélérant le pas, pour lui faire comprendre que je ne voulais pas de lui. Mais il était têtu et il courait aussi vite que moi. Lorsque nous arrivâmes en vue de la gare de Merrey où patrouillaient les Allemands, je me retournai et le regardai dans les yeux :

- Tu es juif, toi, n'est-ce pas ?

- Non, j'ai jeté mon étoile.

- Fais attention quand même ! 

J'examinai de nouveau ses papiers et fus rassurée : le billet, le laissez-passer, tout était en règle.


Lire l'article sur Jeuneafrique.com : Le "Terroriste noir" de Tierno Monénembo | Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique
DSCN2732.JPG

Buying Aya Books

| No Comments
Thanks to some generous donations on GlobalGiving adding up to $200, we were able to purchase 12 Aya books for the libraries. Sadly, DIACFA was out of copies of the first book in the series, but we were able to get 5 copies of number 2 and 7 copies of number 3. That's enough for us to send one copy to each library to get their collections of 5 started. The kids will be excited to see the new arrivals. The graphic novels are a big hit because they are written in west African French and include relatable characters and stories. You can follow our quest to get the series in each library both here and with regular reports on FAVL's GlobalGiving page. Here are some photos of Dounko checking out DIACFA's selection for your enjoyment!


DSCN8265.JPGDSCN8266.JPG













DSCN8264.JPG

Le Respect des morts

| No Comments
le-respect-des-morts.jpgThis is a excellent book review from Dounko:

Amadou Koné écrivain Ivoirien nous raconte dans cette pièce de théâtre, l'histoire d'un village qui devrait bénéficier d'une retenue d'eau afin de permettre à la population d'abreuver les animaux et faire du jardinage. Quand la population fut informée, elle trouva cette initiative très contraire aux coutumes du village. Les gens racontent que le colonisateur veut faire couler l'eau en sens contraire ce qui est du jamais vu depuis l'existence du dit village. De plus cette retenue d'eau va les faire quitter le village pour éviter les inondations. Les corps de leurs ancêtres seront déterrés. La population s'opposa au projet de la retenue d'eau. Pour ce faire, elle eu recourt aux cultes pour empêcher la réalisation. Plusieurs sacrifices furent faits mais le colonisateur tenait à sa promesse. Le dernier sacrifice demandé par les ancêtres est d'un enfant de moins d'une année, comme aumône.
Tous des analphabètes, le seul lettré est le premier fils du chef. Celui-ci était revenu pour passer ses vacances au village et apprit avec la nouvelle. Il essaya de faire comprendre à la population ce que c'est qu'un barrage, en vain. Le chef du village qui devrait donner un enfant pour justifier son autorité et sa dignité n'avait pas un enfant de moins d'une année. Il demanda à son fils dont la femme venait de mettre leur premier fils au monde et avait 7 mois. Son fils concerta sa femme sur la décision de son père pour leur dignité. La femme ne trouva pas d'inconvénients si la mort de son fils pouvait donner la paix et évité de faire la retenue d'eau au village. Le sacrifice du bébé fut fait très tôt le matin mais à la surprise générale de la population les tracteurs et Caterpillar arrivèrent le même jour et démarrerent les travaux. Depuis ce jour la population de ce village a compris que le sacrifice existe mais la réalité est aussi là.
C'est un livre à lire pour comprendre, comment les africains ont aussi contribué à nuire
le développement de l'Afrique ou de certains villages."

Sanou Dounko

Les Jumelles du Kurumari

| No Comments
Elisee wrote:


Dounko has just read this excellent book, he sent us a little summary and invite us to read this book:


les jumelles de kurumari.jpg"Les jumelles du kurumari est le titre du livre d'Ismaël Soumaïla Traoré que je viens de lire.
Ce roman parle de l'histoire des jumelles de Nèènè habitante de farabougou. La naissance des jumelles fut une grande fête à farabougou. Adam et Awa leur noms respectifs, se ressemblaient comme une goutte d'eau de telle sorte à leur bas âge seule Nèènè la maman pouvaient les distinguer. Pour leur santé et les bénédictions de survivre, une de leur proche faisait le tour du village pour demander les voisins, parents et autres des bénédictions de santé selon les coutumes de farabougou. Mais aujourd'hui les gens abusent de ces coutumes pour maltraiter les jumelles ou jumeaux. A 7ans elles vont à l'école comme les autres enfants du village. En grandissant Adam était plus grosse et coquine qu'Awa. Awa aimait la lecture qui la faisait voyager à travers le monde et apprenait à comprendre toute l'actualité. Quant à Adam elle préférait sortir avec des garçons plus âgés qu'elle ou voulait plutôt se marier. Awa à travers la lecture a appris beaucoup de choses et sensibilisa sa sœur à poursuivre les études avoir l'âge normal avant de penser au mariage. N'écoutant pas les paroles, Awa utilisa les images qu'elle sait procurer à la bibliothèque pour parler et montrer les images des jeunes filles marié tôt soufrant de fistules, du VIH/SIDA etc. Cette manière convaincue Adam à reprendre ses études et à fréquenter la bibliothèque également. Etant de bonnes élèves en classe, tout le village les aimaient vu le respect qu'elles avaient pour leurs camarades ou aux personnes âgés qu'elles rencontraient sur leur chemin. Les plus riches voyant la beauté d'Adam, ont corrompu les parents prédisant la maturité pour le mariage. Les parents voyant l'argent ont accepté en décidant de les faire quitter et se marier les camarades de classe la nouvelle et devinrent tristes à tel point que nombreux d'entre eux préféraient quitter l'école si les jumelles venaient de les quitter pour le mariage. Une assemblée fut convoquée pour convaincre les parents sur l'importance des filles à l'école et pour toute une nation. C'est ainsi que les parents des jumelles les laissèrent pour continuer les études.
C'est un livre à lire absolument ou à partager avec les autres."

Dounko Sanou
Bibliothecaire Animateur
« previous 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14

FAVL Blog

Books, reading, and libraries relevant to Africa by Michael Kevane, co-Director of FAVL and economist at Santa Clara University.

Other contributors include Kate Parry, FAVL-East Africa director, FAVL Burkina Faso representative Koura Donkoui, FAVL Burkina Faso program manager Krystle Nanema, and FAVL friends Emilie Crofton and Elisee Sare.

OpenID accepted here Learn more about OpenID