Recently in Libraries Category

Hommage à Norbert Zongo

| No Comments
Rahamane écrit:

Thumbnail image for couverture parachutage.jpgLe parachutage par Norbert Zongo, une belle découverte, un récit plein d'émotion et de rebondissement. Un roman à lire pour comprendre la gestion du pouvoir, des présidents assoiffés de pouvoir et souvent très mal conseillés. En voici le résumé : Un coup d'état traîtreusement orchestré renverse Gouama, le « père fondateur de la nation » président de la république de Watinbow. « Guide éclairé » réussit à s'échapper grâce à un âne. Dans sa fuite il est sauvé par des étudiants qu'il avait emprisonnés pour « communisme ». Ces derniers l'aide à franchir la frontière pour la république de Zakro. Un plan est mis en place pour reconquérir le pouvoir perdu mais avec les nouveaux accords entre Watinbow et Zakro, l'ancien « père fondateur de la nation » est livré au nouveau maître de Watinbow.

Djibril writes:

Thumbnail image for Beverley Naidoo.jpgThe story begins with the two children Naledi and Tiro having their baby sister Dineo very ill. They thought, it will be better to bring Dineo to hospital, how to do so if they are penniless? Then, Naledi and Tiro planned to walk to Jo'burg in order to find their Mma (mother) working over there. They start walking and walking until a trucker reaches them. The trucker was a kind man; he let the children get on board his truck. When they arrived at the trucker's destination, the man has found a bus in destination to Jo'burg for the children; he even gave them some money for their trip. On the bus they meet a new friend named Grace Mbatha. She was going to the same destination like the children. On their ways Naledi and Tiro have learnt the discrimination between Whites and Blacks. They have learnt how white men have their buses and schools where black men were not admitted. They also learnt how black men, namely students went endlessly on strike so that they can get freedom. Naledi and Tiro managed to find the place where their mother lives and works. They explained how their young brother was suffering from a sickness. So, the mother asks her white boss few days to go back home and look after her sick child. Once at home, the mother brought Dineo to the nearest hospital. Over there, they have to follow a long queue of women entering the hospital with their patients. Most of the children in that hospital were suffering from a disease caused by the lack of food. When the nurse examined Dineo, he gave few days to the family to come back to the hospital, at that time Dineo must remain there. A few days later, the family   returned to the hospital. So Dineo recovered but he was very weak. They went home together.

Do you want to know more about the author? Visit her on line at www.beverleynaidoo.com 

Développer le gout de la lecture chez les tout-petits

| No Comments

Rahamane écrit :

Les enfants aiment les lectures organisées par les bibliothèques FAVL. Ces séances constituent de merveilleuses aventures pour les tout-petits. Pendant ces séances de lecture chaque enfant découvrira peut-être un nouveau personnage préféré en lisant, en écoutant et en regardant les images. A la fin de chaque séance, certains enfants emporteront certainement de nombreuses histoires intéressantes à la maison.


blog.jpg

FILO Ouagadougou 2012

| No Comments
Le vendredi 14 décembre 2012 a eu lieu l'ouverture officielle de la foire du livre au SIAO en présence du ministre de la culture BABA HAMA. Elle a été suivie par la coupure du ruban symbilique et la visite des stands par les officiels. Le ministre et son équipe guidés par le Directeur du livre ont visité le stand de FAVL et félicité l'initiative avant de continuer la visite des autres stands. Il faut reconnaitre que le stand a enregistré déjà beaucoup de visiteurs à savoir la directrice de la bibliothèque nationale de Cote-D'Ivoire qui aimerait bien avoir un entretien dans les jours à venir avec FAVL. Maitre Pacéré Titinga au passage a été invité à visiter le stand de FAVL.

Les livres du programme RWA sont appréciés par les visiteurs et la responsable  de la fondation Ki-Zerbo  aimerait que ces livres soinet dans les bibliothèques à Ouaga. Certains ajoutent que c'est bien les bibliothèques dans les villages mais les enfants de la ville aussi en ont besoin.

L'exposition a continué jusqu'à 18H avant de fermer ses portes. Elle reprendra ce jour 15 décembre à 9H. Nous avons invité des personnes à passer visiter notre stand comme FATOU KEITA,Ignace Hien et bien d'autres.
A nice summary of the recent summit by Viviana Quiñones:

Deux résultats considérables sont déjà visibles. Le premier, un Communiqué sous forme d'un appel concret, concis et détaillé aux bibliothèques publiques, aux États, à l'IFLA et à la Commission de l'Union Africaine. Il résume assez bien les constats et les directions à suivre, mais n'insiste pas assez sur la question de la formation des bibliothécaires, ne mentionnant que la formation aux nouvelles technologies.

Le deuxième, la création d'un Réseau panafricain de Bibliothèques publiques, pour « parler d'une seule voix, veiller à ce que les bibliothèques publiques contribuent au développement de leur pays et aux objectives du Millénaire pour le développement, et travaillent en accord avec le Manifeste IFLA/UNESCO sur la Bibliothèque publique ». Ce Réseau doit diffuser le Communiqué et travailler pour la mise en œuvre de ses recommandations.

On ne peut que se réjouir de ce Sommet dont les objectifs et les résultats escomptés ont bien été atteints, posant de bonnes bases pour une refondation des bibliothèques publiques. On ne peut qu'espérer que les participants s'engagent en conséquence, qu'il s'agisse bien du lancement d'une dynamique, et souhaiter longue et fructueuse vie au Réseau qu'il a été décidé de créer. En tout cas, Takam Tikou y contribuera en faisant connaître les avancements et en donnant la parole à ses membres.

iamnotanelephant.JPGkids having fun1.JPG


Nine [Wonderful] Reasons to Save Public Libraries

| No Comments
According to the Independent Voter Network (IVN) website, JFK once said:

If this nation is to be wise as well as strong, if we are to achieve our destiny, then we need more new ideas for more wise men reading more good books in more public libraries. These libraries should be open to all except the censor. We must know all the facts and hear all the alternatives and listen to all the criticisms. Let us welcome controversial books and controversial authors. For the Bill of Rights is the guardian of our security as well as our liberty.

The library then lists 9 reasons why public libraries are still relevant, even with the advent of reading on computers and the wonders of e-readers. While the writers were obviously discussing the public library system in the United States, the reasons resonate with the importance of libraries in sub-Saharan Africa and the work FAVL does here. Read the entire article here.
A friend of mine pointed me in the direction of an article that explained yet another reason why libraries and librarians are still important, especially in developing countries, despite the fact that technology is taking over the world: "Libraries are evolving and they are becoming more and more relevant because people need to navigate information. In developing countries, people don't have access to computers and the Internet at home. Libraries become knowledge hubs." So even if one day, everyone in the world gets an e-reader, we're still going to need libraries and librarians to hang around for quite a while longer.

Read the full article here.
A cette question posée aux gens des villes, ceux-ci répondent généralement par : "Non, Je ne sais pas!" Et pour cause? Comment peut-on savoir ce qui se fait à 200 ou 300 kilomètres de Ouaga ou Bobo quand on y va presque jamais ou quand la presse nationale n'en fait pas l'échos? Ou encore, comment savoir ce que c'est qu'une bibliothèque de village quand les seules références en la matière sont les bibliothèques urbaines des CELPAC ou encore celles très occidentalisées des instituts francais (CCF) au Burkina Faso. 

Très préoccupé par ce problème, mon collègue Koura Donkoui, instituteur, coordonnateur de FAVL au Burkina (et Chevalier de Palmes Académiques, s'il vous plait) m'a dit un jour :

"- Elisée, il faut qu'on bouscule, il faut que les gens sachent ce qui se fait de bien, il faut qu'on créée un journal pour FAVL au Burkina.
- Un journal?! Mais Donkoui, qui va écrire les articles, qui va financer l'impression, qui va assurer la distribution, etc. Lui répondis-je
- Nooon, je parle d'un petit truc quoi, pas grand comme un quotidien, tu vois ce que je veux dire?
- Un truc du genre bulletin...?
- Voilaaa! Et on va faire écrire les articles par les bibliothécaires et animateurs, je vais organiser tout ça et toi, tu va faire le montage.
- Bonne idée, on pourrait même faire de simples photocopies, agrafées et les distribués à nos partenaires nous-mêmes, pour minimiser les couts de fabrication.
- Exactement..."

Et, c'est comme cela que c'est parti! On en a parlé aux responsables de FAVL. On en a discuté avec Dounko qui à son tour a dit aux bibliothecaires : "Au travail! Ce serait une bonne pratique pour nous tous!"

Pages-de-echos-de-bibliotheques.jpgC'est aussi comme cela que de fil en aiguille, le "Au travail!"  de Dounko a permis de recueillir plusieurs articles et le premier numéro de Échos des Bibliothèques a vu le jour en Mars dernier. L'échos fut plutôt favorable. D'ailleurs, une haute responsable Burkinabè après lecture a dit: "Ahaaan, je ne savais même pas que les bibliothèques là c'était une affaire comme çaaa. Mais c'est très bien mes enfants, vous faites un bon travail. Du courage dèh, du courage!"

Actuellement, l'équipe de FAVL au Burkina Faso travaille activement à la publication du prochain numéro de Échos des Bibliothèques. Sous la même forme d'un petit bulletin destiné a informer les populations et les potentiels partenaires nationaux de FAVL, des activités menées dans les différentes bibliothèques de village. Ce numéro s'articule autour de trois événements principaux qui ont rythmé la vie des bibliothèques de village ces derniers mois et qui sont : Les camps annuels de lecture (actuellement en cours dans les bibliothèques), la floraisons de différents types d'activités, plus intéressantes les unes que les autres, dans toutes les bibliothèques et enfin le processus de transition engagé avec les principaux responsables des collectivités locales où sont implantées les bibliothèques de villages.

Écrivez-nous à l'adresse favlafrica@gmail.com ou revenez sur ce blog, dans quelques jours et vous recevrez en primeur, la version électronique de Échos des Bibliothèques.

Lisez le numéro précédent ici : Échos des Bibliothèques numéro 00
Le secrétaire général de la commune rurale de Koumbia nous livre son appréciation du choix de la nouvelle bibliothécaire. Une courte vidéo de Sanou Dounko:


« previous 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15

FAVL Blog

Books, reading, and libraries relevant to Africa by Michael Kevane, co-Director of FAVL and economist at Santa Clara University.

Other contributors include Kate Parry, FAVL-East Africa director, FAVL Burkina Faso representative Koura Donkoui, FAVL Burkina Faso program manager Krystle Nanema, and FAVL friends Emilie Crofton and Elisee Sare.

OpenID accepted here Learn more about OpenID